La gazette du mécano en Iran

Un bon voyage à vélo s’accompagne forcément d’une bonne gazette du mécano ! Sachant que nous partions vers l’Asie Central nous avions tout préparé pour pouvoir réparer au maximum nos vélos de manière autonome. Une petite sacoche entière de Martin y est consacrée : câblage pour freins et derailleurs, freins, boîtier de pédalier, outils, lubrifiant etc… De quoi prendre soin de nos jolies montures qui n’ont toujours pas de noms. D’ailleurs n’hésitez pas à nous proposer des idées en commentaire !

Pour anticiper les pires problèmes et avec l’expérience de notre précédent voyage en tandem, durant lequel un de nos pneus avait explosé, nous sommes partis cette fois ci avec un joli pneu de secours difficile à trouver en Asie centrale. Ce dernier peut être vu sur nos photos du début de voyage… Oui car en Arménie, notre pneu de secours est resté dans un champ après qu’on l’ait négligemment oublié en rangeant la tente.

Le début du voyage en Iran est donc rythmé par une recherche de pneus, étant donné que c’est le dernier pays où l’on pourra trouver facilement le graal du pneu : les fameux « Marathon Plus Tour » quasi increvables de Schalwbe.

Nous allons donc trouver notre bonheur dans deux magasins de Tabriz, première grande ville iranienne sur notre chemin.

C’est au magasin « Saeed Mohammadi Bike Shop » que l’on peut trouver du shimano et autres composants de qualité.

Mais c’est chez « Alamir Commerce » que l’on trouvera nos pneus parmi une très large sélection de pneus Schalwbe ! Ce sont des vrais passionnés de vélo, qui tiennent leur boutique depuis 3 générations. En tant qu’amateur de vélo et de bricole, on se sent à la maison ici 🙂 Du coup, on en a pris deux pour être tranquilles pour la suite !

Mais voilà qu’après à peine 1700km, la roue libre de Martin montre déjà des signes de fatigue ! Alors pour les non geek de vélo, la roue libre se situe dans le moyeux de la roue arrière. C’est ce qui permet de ne pas pédaler en descente, et ne pas être « fixé » à la roue arrière comme sur les tricycles pour enfants ou les fixie pour les plus grands enfants bobos ^^

Lorsque la roue libre se bloque dans une descente à 60km/h, cela fait très bizarre ! Il faut alors se mettre à pédaler super vite et ralentir aussitôt ! On avait déjà eu ce problème avec le tandem mais c’était passé après quelques kilomètres (@Pierre-Alain, je te conseillerais tout de même d’ouvrir la roue libre pour la nettoyer et vérifier que tout va bien, cela peut être dû à un petit cheveu ou fil coincé).

Première halte de réparation du voyage en pleine nature. Martin tente de lubrifier la roue libre, mais cela est difficile sans démontage.

Normalement, les moyeux shimano XT sont censés être de grande qualité (gamme XT) , mais on apprendra par la suite que les deniers modèles sont très mal adaptés pour les velos de randonnée car peu robustes. En effet, pour gagner en poids, Shimano a décidé de mettre des composants en aluminium au lieu de l’acier. Il est vrai que depuis le début du voyage nous n’epargnons guère nos montures, mais la durée de vie annoncée par shimano est autour de 10.000 à 20.000km. En lisant les forums et les commentaires des sites marchands, on retombe sur beaucoup de témoignages similaires de gens qui ont eu le même problème avec la roue libre du moyeu Shimano XT. Peu rassurant… D’autant plus que les roulements ne sont pas protégés contre l’humidité, boue etc… Quand on a ouvert le moyeu de Martin, on a pu constater cela… Du coup, on vous recommande de repasser sur une gamme de moyeux LX qui apparemment serait encore en acier (cf. Forums) voire de passer aux moyeux DT Swiss bien plus onéreux avec lesquels Martin avaient longuement hésité lors du montage… Le choix des moyeux est primordial pour un vélo de randonnée, car un voyage ne les épargne guère.

Dans l’impossibilité d’ouvrir la roue libre de Martin, c’est parti pour une session de jeep organisée par une dizaine d’iraniens souhaitant nous aider. En route vers Zanjan qui possède quelques magasins de vélos un peu mieux équipés.

Et là, le drame… Un des ressort et 2 cliquets sont déjà cassés !

L’équipe décide alors d’enlever les pièces cassées pour nous permettre d’aller à Téhéran chez un ami distributeur de vélos et de pièces de vélos pour l’Iran. Martin sera tout fou d’arriver dans cette caverne d’Ali Baba du vélo et de pouvoir réparer son vélo avec du bon matériel.

Et nous voilà chez Hamid, connu en Iran car importateur de vélos. Un mécanicien de l’équipe nationale de cyclisme d’Iran s’occupe de changer le moyeu et de rayonner la roue arrière de Martin. Nous voilà rassurés et prêts à repartir vers l’Asie centrale !

Il faut être honnête, sans l’aide de tous les iraniens qu’on a rencontré, cela aurait été dur. Ils ont tous fait des pieds et des mains pour nous aider ! Alors un grand « Merci » comme on dit en Iran 🙂

(Pour information, internet en Iran c’est pas très efficace, du coup c’est assez compliqué d’écrire des articles.  Mais on espère donner des nouvelles un peu moins « techniques » rapidement)

Tutoriel : Comment monter son vélo de voyage soi-même & Paris-Caen à vélo

Fin 2016 Martin s’est lancé dans la « fabrication » de deux jolis vélos de voyage et en a profité pour réaliser un petit tutoriel pour guider ceux qui souhaiteraient aussi se lancer ! Cliquez ci-dessous pour découvrir tout ça :

Tuto : Assembler son vélo soi même

surly-bike-1

Le vélo « avant »

Une fois  les vélos terminés, difficile de se retenir et de les tester. On est donc parti 3 jours pendant les vacances de Noël pour rejoindre Caen depuis Paris. L’itinéraire est vraiment magnifique : petites routes normandes, voie verte d’Evreux à Le Bec-Hellouin, maisons à colombages… Par contre il a fait froid !

L’itinéraire en détail :

 

img_20161228_142704_741

Le vélo « après »

Back home…

Toute bonne chose ayant une fin, nous avons dû rentrer en France. Notre vol de retour étant programmé à 8h du matin à l’aéroport d’Ankara, le réveil du 4 juillet fût donc très matinal. Arrivés à 5h à l’aéroport, nous avons poupouner notre chère et tendre Bête avec du calorifuge pour salle de bain ! LE tips du voyage 🙂 On a eu la « révélation » en se brossant les dents dans la salle de bain d’un de nos hôtes turcs !

DSCF3544

Première frayeur en arrivant au bureau de Pegasus « No it is not possible , the bike needs to be packed ! » Mais on avait téléphoné plein de fois pourtant !

Après quelques appels auprès d’on-ne-sait-qui, la dame retourne sa veste : c’est bon. Ouf ! 5h15 on attaque – rassurés – l’emballage de notre Bête. On enlève tous les petits « bijoux » et autres ornements, on lui ôte ses pédales arrière, mais pas celles de l’avant car elles étaient trop attachées à La Bête 🙂

Retour_Tandem

Le bordel des Pralines à l’aéroport d’Ankara 🙂

Pour réduire le nombre de bagage on a aussi fait emballé de papier fluo nos sacoches !

Retour_Tandem-4

C’est rigolo à défaire !

Les petits stress du retour, le fait qu’on rate notre correspondance à Istanbul nous ont permis de ne pas trop penser au retour. Car le retour en avion est assez brutal lorsque l’on a voyagé et passé les frontières au rythme « humain » pendant 3 mois.

Retour_Tandem-3

La Bête à Orly : petite joie de la retrouver intacte excepté un petit « bleu » sur le garde boue

Retour_Tandem-5

Remontage de La Bête pour rentrer à la maison

Et surtout Claire-Marie, une très bonne copine, nous a fait la surprise de venir à Orly nous chercher ! En plus elle avait apporté les outils qui nous manquaient pour remonter la seconde chaîne du tandem. Escortés par CM, nous nous sommes rendus chez la maman de Flo où nous attendaient encore d’autres amis. Quel agréable retour : retrouver ses amis et sa famille : c’est la seule chose qui nous avait manquée pendant ce super voyage 🙂

Retour_Tandem-6

Le retour en France c’est aussi être surpris de penser en anglais avant de s’adresser aux gens, c’est trouver étrange d’entendre sa langue parlée par les « autres », on comprend désormais tout ce qui se dit autour de soi !

Retour_Tandem-7

Et aujourd’hui lundi 11 juillet c’est le retour devant l’ordinateur…

 

 

La gazette du mecano

Ces derniers jours, La Bete nous a demande un peu d’attention ! Cela fait deja 3300 km que l’on roule, on commence a bien se connaitre tous les 3. Un petit bruit bizarre, et hop on s’arrete pour osculter La Bete.

 

 

Screen shot 2016-06-05 at 6.37.59 PM

Screen shot 2016-06-05 at 6.30.37 PM

On se rapproche d’Istanbul… peut etre irons nous plus loin !

Screen shot 2016-06-05 at 6.32.28 PM

Balade sinueuse balkanique

Une chaine qui deraille en pleine cote, les Pralines qui pedalent, un quart de coup de pedale de trop et c’est la chaine shimano qui deguste ! Foulure de la chaine ! La Bete ne souhaite pas continuer de peur de tout agraver.

DSCF3110DSCF3111

Pas de panique, nous avons une chaine de rechange. Reflexe du mecano en herbe : un petit coup d’eau, on se retrousse les manches, on sort le « derive chaine » et on demonte le tout. Sauf que Decathlon ne nous aide pas beaucoup aujourdhui avec son derive chaine premier-prix. Impossible de bouger le moindre milimetre de la goupille et pire encore, le pas de vis se casse…. Arghhhh ! Cette fois ci c’est l’outil qui nous lache. La Bete n’est pas contente 🙂

Tips #1 : Se procurer des outils de qualite, encore plus en voyage. Ne JAMAIS acheter le derive chaine Decathlon !

big_d413b141fdb94145967c9bd6f314cdaf

PAS BIEN #madeinchina #gameover

On se retrouve donc coince en montagne grecque. C’est parti pour une seance de stop en tandem. On est rode depuis la France. Martin leve le pouce en l’air avec un grand sourire pendant que Flo mime le velo casse. En montagne les gens s’arretent (pas comme plus tard, voir suite de l’article). Sauf que tout le monde se lance dans l’idee de pouvoir reparer la chaine. Martin ouvre donc ses chakra et tente d’expliquer le probleme et que rien ne sert de s’evertuer a triturer la chaine avec ses doigts : il nous faut un derive chaine.

On finit par nous amener dans un petit village dans lequel quelqu’un parle anglais. Quel soulagement 🙂 Apparement un jeune aurait un derive chaine au village distant de 35 km… Ouf ! On verra ca demain !

Le lendemain on apprend que le « jeune » est vraiment jeune et passe des examens. Il faut donc attendre qu’il sorte de la salle des exams 🙂 On decide de partir au village en voiture. Sur le chemin on croise un couple de Polonais en voyage a velo. Scene quasi incroyable : ce ne sont que les 3eme voyageurs a velo qu’on croise depuis 2 mois 😀 Karol a quant a lui , un outil « cher mais qui marche » me dit-il. En effet, il rentre avec nous en voiture et repare la chaine en 30s chrono !

DSCF3112

DSCF3115

Tiens Flo a enleve sa genouillere !

Tips#2 : Les outils CrankBrothers sont top , ils font une cle multifonction avec derive chaine de l’espace.

41pFh00El1L._SX450_

BIEN 🙂

Apres une journee de pause dans un petit village en montagne en Grece (κεφαλοχωρι) a lire et a manger des salades grecques, on repart bien repose pour attaquer les jolies deniveles qui nous attendent.

Entre temps on profite d’une ville pour refaire tendre la chaine entre les deux pedaliers. Cela fait un mois qu’on essaye et en Grece, pour la premiere fois Yannis y arrive 🙂 La Bete est toute heureuse !

DSCF3140

Et bim, un jour plus tard La Bete – vexee du rafistolage de Martin qui avait prefere changer deux maillons plutot que lui offrir une nouvelle chaine –  decide de se saboter en laissant un maillon s’ouvrir au debut d’une derniere grosse cote.  C’etait l’ultime ascension avant la grande plaine de Thessalonique. Pas de panique, 1h avant les Pralines avaient achete un derive chaine professionel.

IMG_1428

Lourd mais efficace !

Martin attaque donc sereinment la reparation des maillons defecteux.

DSCF3155

Mais le sourire va vite partir…

Apres avoir tout remis en place, on se rend compte que le derailleur avant a pris un choc avec la chaine… Martin tente tant bien que mal de regler/reparer mais il ne sait pas comment faire et surtout on a l’impression qu’il est « kaput ». C’est parti pour le stop, mais malgre notre entrainement a l’autostop , les gens ne semblent pas enclin a nous aider… Dans le village quelques bricolo arrivent et tripotent La Bete dans tous les sens. Cela echauffe Martin (peut etre un poil jaloux ^^) qui a identifie le probleme depuis le debut: on a juste besoin d’etre rapproches de la grande ville… C’est parti Pralinou se lance dans le demontage du derailleur avant, il sera donc inutilisable et nous devrons changer les plateaux a la main mais au moins on avancera ! On repart et la chaine pete a nouveau ! Martin se decide alors de poser une chaine neuve qui nous permettra de monter le col et d’attaquer la descente vers Veria (Βέροια pour les intimes). Et finalement le papa de Panos – un ami de Snecma de Martin – viendra nous chercher a 10 km de la ville. On a bien de la chance dans nos malheurs. La Bete va se faire poupouner lundi et en attendant les Pralines se font dorloter par notre nouvelle famille grecque avec visites et degustations de toutes les specialites de la region !

DSCF3159

Breaking news : La Bete est prete a repartir !