Un petit morceau de Kazakhstan 

Après une bonne semaine de repos et de préparation de notre prochaine grosse aventure en Chine, nous partons de Bishkek (capitale du Kirghizistan) en direction d’Almaty au Kazakhstan avec en ligne de mire la frontière chinoise.  Voici déjà plus de deux mois que nous pedalons en Asie centrale et le Kazakhstan sera le dernier des 5 pays de la région ! Ce ne sera qu’un petit morceau kazak car un petit regard sur la carte nous montre rapidement que nos efforts d’une semaine ne sont pas très impressionnants à l’échelle de ce gigantesque pays !

Aussitôt arrivés, nous sommes accueillis par un énorme orage de grêle et de pluie ! Et il faut avouer qu’après deux mois de grand soleil (sauf le jour de notre arrivée au Kirghizistan), nous sommes tout content d’être chamaillés par la pluie même si au bout d’une heure on se retrouve complètement trempés ! Et puis on s’est promis de manger notre snickers chocolat blanc en haut de la côte alors on garde la motivation 😋

On trouvera refuge dans un petit restaurant sur le bord de la route où nous nous rechaufferons avec un bon thé et des bons Manties (beignet vapeur à la viande, qui est vanté comme étant le plat national de chaque pays d’Asie centrale ^^)

On aura même le droit d’établir notre camp dans la jolie salle de réception ! Plutôt sympa car dehors les températures ont chuté depuis quelques jours. L’automne arrive et on est bien au chaud et surtout au sec !

Les kazaks sont gentils et simples avec nous, ce qui nous fait très plaisir après ce mois passé au Kirghizistan où l’on a ressenti davantage de froideur comme si le tourisme avait changé les rapports avec les gens.

Le lendemain c’est reparti sur la longue route et plate vers la plus grande ville et ancienne capitale du pays : Almaty. Il nous faudra trois jours pour y arriver… Il faut avouer qu’après toutes les jolies montagnes en pleine nature, on s’ennuie très très vite sur ce genre de route toute plate avec de la circulation 🙂

On trouve à se divertir un petit peu avec les beaux monuments d’influence soviétique le long de la route.

Le midi, on profite des grandes routes avec les petits restaurants pour faire notre pause casse croûte avec les fameux Manties et du kaymak. Le kaymak ressemble à de la glace mais en fait c’est entre du beurre et de la crème. Et la première fois qu’on en avait mangé, c’était en Croatie ! Dans les Balkans, le kaymak accompagne les grillades et ici on le mange simplement avec du pain et du thé… Et en général, les Pralines n’en font qu’une bouchée !

Les kazaks nous rappellent les ouzbeks. Dès qu’on demande de planter la tente dans le jardin, on a toujours eu le droit à un oui sans hésitation, et ensuite ils nous laissent tranquille même si on aimerait bien papoter un petit peu. L’avantage c’est qu’on se couche tôt avec le soleil vers 20h30 ! Et comme les températures ont chuté, on dort super bien !

On arrivera à Almaty en début d’après midi ce qui nous laissera le temps de faire les magasins (de vélos ^^). Et comme la ville nous a bien plu, on a décidé d’y faire une pause d’une journée pour se promener dans les rues bien vertes de la ville.

Flo nous a trouvé une auberge de jeunesse avec une vue imprenable sur la ville et la chaine de montagne qui fait office de frontière avec le Kirghizistan.

Le Kazakhstan possède le plus grande minorité russe d’Asie centrale si bien qu’on croise énormément de blonds et qu’on passe désormais pour des locaux ! Les gens nous demandent même leur chemin en russe 😊 Alors on répond naïvement « Russki nypanémayou », traduire par « Je ne comprends pas le russe ».

À Almaty, on a vraiment l’impression d’être en Russie car tout le monde parle russe, il y a des caucasiens partout et même des cathédrales qui nous évoquent Moscou ou St Petersburg (on n’y est jamais allé, c’est sûrement pour ça ^^). On sent que le pays est riche et en particulier Almaty, on croisera des magasins Rolex et de grands restaurants (notamment le « Entrecôte garden » qui fait de vrais « juicy steak » comme Martin en rêve depuis le Tadjikistan, mais un peu trop cher pour notre budget… On attendra donc notre retour pour aller au marché ^^).
L’architecture est très soviétique avec quelques grattes ciel et de jolis édifices « dépaysants »  ! Parfait pour se balader en mangeant plein de glaces !

On a fait un tour au « Green Bazaar » où l’on trouve « tout » comme dans tous les bazaars d’Asie centrale. Mais surtout un food hall où tout est bien rangé par type : fruits, salades, viande bovine, chevaline etc… On s’est fait un petit plaisir avec un beau bout de fromage qui ressemblait à du Leerdamer ++ !

Apparemment, on est arrivé pendant la pause…

Après avoir repris des forces avec un délicieux  « Burger King » (oui… Ça nous faisait rêver… Cécile et Édouard, nos amis français que nous avions retrouvé à Dushanbe puis dans le Pamir,  nous ont aussi avoué avoir craqué après être arrivés à Almaty une semaine après nous ^^), nous avons repris la route vers la Chine. L’idée d’arriver là bas nous excite tout particulièrement, tous les cyclos que nous avons rencontré nous ont prévenu : cela va être un choc ! Alors on ne pense qu’à ça et on se motive pour les longues journées de 100km de plat avec Harry Potter et podcasts dans les oreilles !

On traversera le Canyon de Charyn et on s’offrira un joli camping sauvage caché dans ce petit oasis au milieu de rien.

Et bim, le Kazakhstan sera aussi le pays qui nous offrira notre première crevaison après plus de 11000km depuis Paris. Et quelle crevaison ! Un clou de 5cm a entièrement traversé le pauvre petit pneu schalwbe de Martin. Le solide « Marathon plus tour » n’a rien pu faire 😊

Comme pratiquement partout dans les campagnes en Asie centrale, pas d’eau courante mais un puits dans le jardin. On est devenu des pros du puits maintenant. Ça parrait tout simple comme ça mais pour que le puit marche, il faut mettre de l’eau dans le tuyau. Et Martin a appris cela au Kirghizistan au milieu des yourtes en pompant comme Shadock sans que rien ne coule sous le regard amusé des kirghizes…

Après une bonne nuit de pluie, on fait sécher la tente comme on peut !

Les dromadaires, symbole de la route de la soie, nous indiquent qu’on est toujours sur la bonne voie : la Chine se rapproche !

Les derniers kilomètres au Kazakhstan auront été fort en émotion. Avant de passer le premier check point, une chienne se jette sur Martin et lui attrape sa roue arrière en la mordant dans tous les sens. Plus de peur que de mal, la roue s’en est sortie intacte. On arrive ensuite dans une sorte de no man’s land qui est en fait la ville frontalière de Khorgas, ville quasi fantôme avec ses maisons abandonnées. Mais il semble que quelques âmes y vivent encore comme en témoignent deux fillettes jouant sur le bord de la route et le chant de l’imam appelant à la prière à la mosquée à 100m du poste frontière kazak. Derrière les innombrables rangées de barbelés, des grattes ciel, un balet de grues, et des idéogrammes remplacent les étendues de steppe kazake… La scène est irréelle. Sur le GPS, la taille de la zone suggérait un petit village frontalier, mais cela n’y ressemble pas.

La Chine est proche et commence déjà à nous surprendre !

PS: La Chine c’est malheureusement un peu compliqué avec internet. Pas sûr qu’on arrive à donner régulièrement de nos nouvelles… 

Une réflexion sur “Un petit morceau de Kazakhstan 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s