À 4000m sur le plateau du Pamir

20170722-DSCF3246-Silk Road

Sur le plateau du Pamir nous avons profité des plus beaux ciels de notre vie, de jour comme de nuit. Le jour pour leurs bleus profonds et la nuit pour les nombreuses étoiles que nous avons pu admirer en nous brossant les dents !

Rouler est devenu bien plus facile à partir de Alichur. D’abord parce que nos estomacs se sont enfin habitués à ce nouvel environnement, mais aussi parce que nous avions rejoint la M41 ! Cette route est asphaltée la plupart du temps hormis sur quelques portions au sommet des cols. Dès que l’on a même un peu d’asphalte pendant la journée c’est bien plus facile de supporter la tôle ondulée que nous réservent les autres portions de route !

20170717-DSCF3041-Silk Road

A partir de Alichur nous sommes dans la zone Kirghize du Tadjikistan. C’est pour ça que le petit garçon sur la gauche porte le chapeau traditionnel kirghize !

Après notre sortie du Wakhan et une nuit reposante à Alichur nous passons une excellente journée asphaltée ;-). Les paysages sont splendides, et on a un vent dans le dos incroyable ! Alors on papote par petits groupe, et les efforts nécessaires pour le petit col qu’on passe dans la journée  et les 100km sont bien minimes à côté de ceux des jours précédents !

20170717-DSCF3044-Silk Road

Yourte kirghize au Tadjikistan

20170717-DSCF3045-Silk Road

Déjeuner noodle soup au sommet du col (Neizatash Pass – 4137m)

20170717-DSCF3060-Silk Road

20170717-DSCF3061-Silk Road

Paysages lunaires avant notre arrivée à Murghab.

20170717-DSCF3063-Silk Road

Pralinette contente de rouler en papotant !

Murghab

Après une journée de 100km (ça faisait longtemps !) nous sommes arrivés à Murghab. Une « mégalopole » de 6000 habitants. Après la Wakhan nous avions décidé d’y passer un jour de pause pour choyer nos vélos, nous reposer et profiter du fameux marché « conteneurs » de Murghab. Nous trouvons une auberge avec une yourte pour nous loger tous les 9, et c’est le grand luxe puisqu’il y a une douche avec de l’eau courante, des toilettes à l’européenne (et pas un trou au fond du jardin comme depuis Dushanbe) et de l’électricité avec un groupe électrogène entre 9h et 11h puis entre 20h et 23h ! Cette « ville » sur le plateau du Pamir est si reculée que le réseau électrique n’y accède pas. Certains habitants ont des panneaux solaires et d’autres des groupes électrogènes. On imagine la dureté des conditions de vie en hiver quand il fait -40°C sur ce plateau désertique.

20170717-DSCF3067-Silk Road

Apéro dans notre yourte

20170718-DSCF3068-Silk Road

Départ pour le marché avec Victor ! Superbe style chech ou chapeau, on n’est plus à ça prêt ! En effet, le soleil tape fort à 4000m

Le marché de Murghab c’est une ruelle en terre battue bordée de containers de toute taille. On y trouve des merveilles comme des snickers, des paquets de nouille chinoise en sachet (et pas en vrac !), les pâtes de marque « Sultan » qui sont le Graal de tous les cyclistes qu’on a croisés car elles cuisent sans former un amas gluant et même du faux Nutella ! Nous sommes repartis de là avec nos sacoches pleines à craquer de délices pour les jours suivants (pas d’autre magasin avant Karakol, village au bord d’un lac proche de la frontière kirghize).

20170718-DSCF3070-Silk Road

Le marché de Murghab

20170718-DSCF3073-Silk Road

Un peu de repos dans notre yourte !

Malheureusement le matin du départ, Cécile et Edouard doivent prendre une jeep en urgence pour Osh, depuis la veille Edouard a des très fortes douleurs au ventre. Tout le monde craint une appendicite et pour ne pas prendre de risque ils partent donc pour 8h de jeep direction Osh au Kirghizistan. C’est la première ville où ils peuvent espérer un diagnostic correct. Nous apprendrons deux jours plus tard qu’Edouard a une gastrite. Plus de peur que de mal donc mais plusieurs jours de diète de riz et de repos seront nécessaires avant qu’il ne puisse reprendre la route.

20170719-DSCF3077-Silk Road

Edouard qui nous lâche un petit sourire après une nuit très éprouvante

Sur la route de Karakul

Nous repartons donc à 7 pour une petite journée de pédalage qui nous mènera au pied de notre plus haut col au Tadjikistan, l’Ak Baital pass à 4655 m d’altitude. Et là c’est un peu la surprise, la zone est pleine de moustiques ! Qui aurait cru que ces petites bêtes se sentiraient encore prête à nous attaquer à 4000m d’altitude ? Comme nous n’avons fait que 56 km nous arrivons en plein après-midi, mais les moustiques sont plus forts que nous ! Nous nous réfugions donc tous dans nos tentes pour n’en sortir qu’à 19h pour le repas ! Heureusement les moustiques sont partis prendre l’apéro ailleurs et nous pouvons donc manger à peu près tranquillement.

20170719-DSCF3084-Silk Road

20170719-DSCF3095-Silk Road

Traditionnelle pause « noodle » sur le bord de la route. Il n’y a personne  sur la route donc on n’est pas embêté !

20170719-DSCF3102-Silk Road

 

20170719-DSCF3105-Silk Road

Victor réfugié dans sa tente !

20170719-DSCF3106-Silk Road

Malgré la chaleur Shona a choisi de ne rien laisser dépasser pour les moustiques !

20170719-DSCF3107-Silk Road

Cherchez le moustique !

Le toit du Pamir

Le lendemain matin nous partons pour notre ascension pleins d’entrain, Flo se promettant de ne pas craquer cette fois ! La montée se passe super bien, la route n’est pas trop raide. Seul un dernier virage sableux avant le sommet nous rappelle que nous sommes haut en altitude : pédaler plus vite pour garder notre vélo droit nous vaut plusieurs minutes d’essoufflement intense ! Mais pari gagné, Flo a tenu le coup et n’a même pas dû pousser son vélo. Victoire !

20170720-DSCF3115-Silk Road

Le panneau indiquant le col n’est pas au sommet ! Mais c’est l’occasion d’une pause goûter !

20170720-DSC_0138-Silk Road

Et d’une séance photo de groupe ! (Bon, là on ne l’a pas encore monté le col 🙂 )

20170720-DSCF3129-Silk Road

We did it !

20170720-DSCF3148-Silk Road

Les pralines en haut du col !

La descente vers Karakul

Après le col la descente est superbe mais surtout nous retrouvons un vieil ami, le vent de face ! Il nous accompagnera jusqu’à Karakul et Martin sera très content de rouler en peloton et de ne pas toujours être devant comme il l’aurait fait s’il n’était qu’avec Flo !

20170720-DSCF3160-Silk Road

Après l’effort le réconfort

20170720-DSCF3169-Silk Road

20170720-DSCF3177-Silk Road

On longe la frontière chinoise qui a rongé quelques km sur le Tadjikistan

20170720-DSC_0205-Silk Road

Après plusieurs heures de vent de face/travers, on réussit à arriver à Karakul en formant un peloton en « éventail » sur toute la largeur de la route avec des relais de 2km 🙂

Karakul

Karakul a, comme Murghab et Alichur, des airs de village fantôme avec le silence caractéristique du plateau du Pamir, les ruelles de terre battue, quelques personnes tirant de l’eau au puits et le « magasin » qui est en fait une maison tellement bien caché qu’on doit faire plusieurs fois le tour du village pour le trouver !

Nous sommes de nouveau restés dans un homestay, pour profiter des délicieuses soupes en repas du soir et confiture maison pour le petit-déjeuner. Quel plaisir de changer de notre habituel régime de pâtes au ketchup !

20170720-DSCF3181-Silk Road

Notre maison pour la nuit

20170720-DSCF3184-Silk Road

Ambiance de bout du monde

Le lac nous a tellement plu que nous avons finalement décidé de faire une journée de randonnée pour pouvoir l’admirer depuis les montagnes alentour. Une jeep nous a emmenés au point de démarrage de la randonnée et pour être honnête prendre une jeep qui semble dater des années 60 (on nous a confirmé ensuite qu’elle avait 50 ans) sur des pistes au Tadjikistan c’était bien plus l’aventure que de rouler avec nos vélos ! Imaginez une jeep pleine à craquer, avec même une Shona dans le coffre et avec arrêt tous les 5 km pour refroidir le moteur à l’eau, débloquer les pneus enfoncés dans le sable et autre pause au motif indéterminé !

20170721-DSCF3194-Silk Road

Chauffeur et mécano !

20170721-DSCF3196-Silk Road

En attendant que notre jeep accepte de démarrer !

20170721-DSCF3199-Silk Road

Ensablés…!

Nous avons pu ensuite profiter d’une belle balade avec une vue à 360° sur les montagnes et le lac ! Et forcément Flo s’est baignée avec deux acolytes, Irish Shona et Marie, parce que c’est bien trop tentant de se baigner dans un lac à 4000m d’altitude. Pour être honnête c’était frais !

20170721-DSCF3203-Silk Road

20170721-DSC_0230-Silk Road

La fine équipe au 4 Fatimas peak !

20170721-DSC_0242-Silk Road

Ouh prends vite une photo c’est froid !

 

En selle vers le Kirghizistan

Après un deuxième petit-déjeuner pantagruélique nous avons longé Karakol pour nous diriger vers notre dernier col tadjik et vers la frontière kirghize. La terre est devenue de plus en plus rouge et nous avons profité des dernières vues sur le lac et les montagnes enneigées. Bien sûr pour dire au revoir au Tadjikistan nous avons eu droit à une bonne piste en tôle ondulée et un vent de face avant d’atteindre le poste frontière tadjik.

20170722-DSCF3230-Silk Road

On quitte le lac, et il a neigé sur les montagnes alentours pendant la nuit. (Petit clin d’oeil à Victor C. #pasmal )

20170722-DSCF3234-Silk Road

20170722-DSC_0276-Silk Road

La fine équipe alias ‘European Cyclist Team’

20170722-DSCF3242-Silk Road

Traversée de gué

20170722-DSCF3246-Silk Road

20170722-DSCF3248-Silk Road

On imagine que Mars ça ressemble un peu à ça ! (Ici c’est tôle ondulée à gogo et vent de face !)

20170722-DSCF3251-Silk Road

Derniers coups de pédale avant le poste frontière. Ca souffle !

La vérification de nos passeports nous a valu de bons fou-rires « so you are also Shona ? ». On a pu immortaliser ce moment, première fois qu’on nous laisse prendre des photos à un poste frontière !

20170722-DSCF3255-Silk Road

On attend tous sagement (ou pas) notre tour !

20170722-DSC_0300-Silk Road

En haut du col Kizil Art Pass (4280m), frontière géographique qui est en fait un « no man’s land » de 20km entre le Tadjikistan et le Kirghizistan

20170722-DSC_0309-Silk Road

Oh c’est beau derrière !

Et voilà la fin de nos aventures au Tadjikistan ! Un pays qui nous marquera beaucoup, on en a bavé, on s’est extasié, et on a rencontré d’autres cyclistes géniaux qu’on espère bien revoir une fois que nous serons tous rentrés en Europe !

8 réflexions sur “À 4000m sur le plateau du Pamir

  1. Bravo !
    La première photo, Martin, que tu as mises pour illustrer la descente m’a fait monter les larmes aux yeux… elle m’évoque irrésistiblement mes marches à pied pendant de longues journées, semaines ou mois à travers les montagnes rocheuses et/ou enneigées qui surgissent puissamment de la mer – la Crète en Méditerranée, les îles Lofoten au nord du cercle polaire … – les déserts… Navajos, canyon des indiens Havasupaïs… le surgissement de sensations mêlées difficiles à transcrire par des mots (beauté, peur, fragilité, humilité, exaltation, solitude, et même l’amour immense, celui qui étreint la gorge). Cette image les a fait remonter.
    L’image du lac, aussi… la baignade m’a pris tout le corps…
    Merci pour le partage.
    Je serre dans mes bras ceux qui vous sont chers, qui s’inquiètent et se réjouissent aussi pour vous.
    Radis-beurre ´ s dad.

    J'aime

  2. Bonjour, c’est le cousin Pierre, Solange et moi suivons avec admiration vos pérégrinations, vous réalisez en vrai ce que j’ai imaginé en rêve ! Nous avons vus avec plaisir récemment Claire, Thierry et Tao.
    Bises à tous deux et à l’équipe.
    Solange et Pierre

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s