Gestion de l’énergie

La question de la gestion de l’énergie est un long sujet de discussion lors de la préparation d’un voyage dans des zones avec peu d’accès à l’électricité. Lors de notre traversée de l’Europe, notre powerbank Anker de 26.800mAh était suffisante, mais nous avions beaucoup été accueillis chez des gens ce qui nous permettait de charger sans problème. En revanche, en Asie centrale, il peut être plus difficile de trouver de quoi charger ses appareils électroniques.

20170418-DSCF0796-Silk Road-Matos

Avant toute chose, il est important de se demander ce que l’on va avoir vraiment besoin de charger. Pour notre part, on a fait le pari du « tout USB » : petzl, appareil photo, téléphone et GPS. On se sert quotidiennement de notre téléphone pour utiliser les applications Maps.me et OSMand qui nous permettent d’avoir des informations sur le parcours, dénivelé, épiceries, lignes de niveau pour trouver un campement etc… Nous chargeons donc tous les jours le GPS (Garmin 810), et tous les 2 jours le téléphone (OnePlus 3).

20180209-DSCF7788-Asie-Corée

Lorsque le temps le permettait et lorsque l’on avait encore le panneau solaire, on s’offrait de la musique sur le téléphone au pause, tout en le chargeant au soleil.

Au final, nous n’avons pas beaucoup besoin d’énergie, mais c’est surtout sur la durée que nos réserves baissent. Notre powerbank était de 26.800mAh sur la traversée de l’Europe, ce qui nous permettait d’être large sans panneau solaire. Sur la route de la soie, la batterie était sûrement trop lourde puisque nous aurions pu en avoir une plus petite et utiliser le panneau solaire plus souvent, mais nous ne voulions pas racheter de l’équipement supplémentaire.

Pour charger le Garmin 810, et lors de la route de la soie uniquement, nous utilisions notre petite batterie de 3500mAh, qui nous servait de batterie tampon avec les chargeurs USB reliés à la dynamo. Malheureusement, le chargeur USB-Werk de Busch & Muller n’a pas tenu plus de 6 mois. Nous avons eu la chance que Sinewave cycles nous propose de nous soutenir avec l’envoi gratuit de leur chargeur USB pour qu’on puisse le tester.

Après avoir traversé l’Asie centrale et la Chine (surtout sur le plateau tibétain), nous avons cessé d’utiliser le panneau solaire, et nous l’avons donc renvoyé en France. Un panneau solaire ne sert vraiment que dans les parties très reculées, ou lorsque l’on fait du camping sauvage de manière très intensive.

Voici les tests basés sur notre retour d’expérience :